Lumière du jour à Stonehenge

Stonehenge, cette construction mystérieuse constituée de mégalithes et situé dans le sud-ouest de l’ Angleterre, n’a cessé depuis la nuit des temps de fasciner et d’attiser nombres de curiosités, donnant naissance aux légendes les plus folles. Lieu de culte druidique, lieu sacré, cimetière, calendrier annonciateur du solstice d’été, nombreuses sont les théories visant à expliquer l’utilisation de ce monument. Lors d’une expédition, nous y  avons découvert un cadeau insolite bien plus mystérieux encore. On y conserve de la lumière du jour !

Lundi 23 Juin 2014

10h00 -Voilà 2 jours que nous sommes sur le site de Stonehenge, à gratter et cartographier le moindre cm2 de cailloux. Depuis le début de notre expédition à Stonehenge, nous avons droit à la  légendaire météo anglaise : le matin, il bruine, l’après midi il pleut et le soir il pleut à verse, ce qui illustre parfaitement l’expression anglaise “It’s raining cats and dogs”.

Nous n’avons plus un seul vêtement de sec, nos chaussures sont moisies, presque autant que notre moral.gloomy-stonehenge
Pour couronner le tout, le résultat de nos recherches n’est pas du tout à la hauteur de nos espérances; nous avons trouvé en tout et pour tout 3 vieilles capsules de bouteille de bière et un briquet usagé. Devant ce constat d’échec, nous décidons d’abréger nos recherches et de rentrer à la taverne où nous occupons une petite chambre sous les combles.

15h00– Ce midi alors que nous terminions notre pudding à la sauce de menthe confortablement installés au coin de la cheminée, un vieil homme s’est assit à notre table sans crier gare. Il a entendu que nous étions des explorateurs en expédition. Il est vrai qu’avec nos dégaines et notre matériel rouillé, nous ne passons pas inaperçu !
Tout en commandant un pinte de bière, il nous annonce que Stonehenge recèle bien d’autres secrets que peu de monde soupçonne.
Que pouvait-il nous révéler que nous ne sachions déjà ? Il vida sa pinte d’une traite, et continua : “ Vous m’avez l’air sympathiques, payez moi une autre pinte et je vous explique tout”.
Apparemment il n’en n’ était pas à sa première bière, entre deux mots il s’endormait régulièrement. Samson était obligé de lui donner des petits coups de coude pour qu’il reprenne le fil de son histoire !img_2
Avant de s’endormir définitivement, il eut le temps terminer son récit. Il nous apprit que depuis la nuit des temps, certains initiés viennent chercher la lumière du soleil au centre du cercle de pierre, qu’ils l’emprisonnent dans des boîtes et qu’ils s’en resservent quand le besoin s’en fait sentir. Lui seul connaissait l’endroit exact du prélèvement, selon ses dires. Cette fois j’en suis sûr, il est complètement givré ! Nous allons néanmoins lui laisser une chance de prouver ses dires, et nous décidons donc de l’emmener demain matin sur le site, si toutefois il arrive à se réveiller !

Mardi 24 juin

13h00– Après avoir retrouvé le vieil homme à l’endroit même où il s’était affalé la veille, nous l’avons emmené sur le site de Stonehenge. Sur le chemin, il nous a expliqué un peu plus en détail cette histoire extraordinaire de lumière en pot.
Depuis plusieurs siècles, une société secrète appelée “The light keepers” (les gardiens de lumière) perpétuent une cérémonie qu’ils ont hérité de génération en génération  depuis la nuit des temps : chaque mardi à midi pile, ils se retrouvent au centre du cercle de pierre, et lorsque le soleil apparaît à travers un interstice précis, les adeptes capturent les rayons dans un petit pot en grès.
Quand nous avons demandé au vieil homme quel usage ils en faisaient, il nous répondit que les autochtones s’en servaient en plusieurs occasions. La plus courante est l’effet “remonte moral”. Il est est vrai que quand il pleut et il fait gris 366 jours sur 365, cela peut être d’une grande utilité par ici.soleil_question

Le second usage de ce pot (mais cela n’a jamais été prouvé), est de chasser les vampires. Il suffit,en effet, lorsqu’on est attaqué par une de ces créatures de la nuit, d’ouvrir le pot et de diriger la lumière vers l’assaillant, cela aurait pour effet de le détruire instantanément. Bien plus efficace que les gousses d’ail et autres crucifix.

Nous sommes arrivés juste à temps! Comme le vieil homme nous l’avait dit, une dizaine de personnes se tiennent au centre du cercle de pierre tenant dans leurs mains un bocal. A midi pile, l’un après l’autre, ils ouvrent leur  bocal, le dirigent face au soleil et le referment aussitôt; le tout dans un silence absolu. Aussitôt fait, toujours sans rien dire, ils repartent comme ils étaient venus.

Vite ! nous dit le vieil homme, à vous, hâtez- vous. Arthur et moi nous précipitons à l’endroit où se tenaient les individus, nous ouvrons nos bocaux que nous avions apportés, emmagasinons les derniers rayons de midi et refermons avec précaution les bocaux. Tout ça n’a duré que quelques secondes. Le vieil homme, entre temps, avait disparu.

22h00– Nous venons de tester l’efficacité de cette lumière en boîte dans notre chambre. Nous sommes toujours trempés, nos vêtements sont toujours moisis, mais peu importe, nous avons le moral au beau fixe, et avons même décidé de continuer notre expédition et de rester jusqu’à mardi prochain, histoire de recharger nos boîtes.

« Journal d’expédition Arthur et Samson »

il me faut de la lumière du jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *