Les attrape cauchemars Yamakas

Le 9 septembre 1856, l’arrière grand-père de Samson, grand spécialiste des nations et tribus amérindiennes, fut sauvé d’une meute de loups affamés par Tyee, le dernier grand chef indien de la tribu des Yakamas. De cette rencontre est née une grande amitié entre les deux hommes, et comme le voulait la tradition de l’époque, ils ont fait frère de sang et ont conclut un pacte. Ce pacte stipulait que si un jour, un descendant du grand chef avait besoin d’aide de quelque façon que se soit, un descendant de la famille Alfort-Dumiraille devrait se porter à son secours. Et ce jour est arrivé : Samson a reçu une lettre lui demandant de se rendre de toute urgence aux USA dans l’état de Washington, dans la réserve indienne des Yakamas. Il ne savais pas encore, qu’il allait affronter ses pires cauchemars et ramener un objet insolite !

Vendredi 26 septembre 2006

8h30– Samson vient de partir pour l’aéroport. Pour une fois, nous ne partons pas en expédition à deux, en effet, il m’a expliqué que cette affaire était une affaire de famille et par conséquent, qu’elle ne me concernait pas. Lui seul devait honorer le pacte conclu entre son aïeul et le chef indien. Bien que je respecte la décision de mon ami, je n’aime pas le voir partir seul. Il m’a cependant assuré qu’il me tiendrait régulièrement au courant de ses aventures en territoire Yakama !HI4_yakama1

Samedi 27 septembre 2006

1 er message de Samson

Je suis bien arrivé a Washington. Le vol s’est déroulé sans encombres. Dès mon arrivée au terminal, j’ai été accueilli par une délégation d’indiens Yakamas, ils semblaient m’attendre avec impatience. Je m’était fait toute une idée des indiens, je m’attendais à rencontrer de grands guerriers aux cheveux longs et des plumes dans les cheveux. Quelle ne fut pas mas déception en apercevant mon comité accueil : 3 types tout rabougris, presque transparents, fumant cigarette sur cigarette, blancs comme des linges. J’ai peut-être regardé trop de westerns…
Quand je leur ai présenté l’exemplaire du pacte signé par mon arrière grand-père, leur mine a changé du tout au tout ! Pour la première fois ils ont sourit et m’ont fait de longues et joyeuses accolades. Ils m’ont expliqué qu’il fallait se hâter, qu’il y avait encore beaucoup de route à faire et qu’il fallait arriver impérativement avant la nuit.  

2 ème message de Samson

yakama-mapAprès 4 heures de route, nous sommes enfin arrivés dans la réserve indienne qui porte le nom de Toppenish, une petite ville de 3000 habitants. Chose curieuse, depuis mon arrivée je n’en ai encore vu aucun ! La ville semble comme morte, les fenêtres et les portes sont toutes barricadées par des planches. Il y a bien quelques voitures qui passent dans les rues, mais elles roulent à vive allure toutes vitres fermées. Quand j’ai demandé à mes accompagnateurs la raison de cette ambiance glauque, ils m’ont juste répondu qu’ils allaient m’emmener chez Tahca Ushte, un shamane, voyant – guérisseur qui faisait plus ou moins office de maire du village. Il vivait un peu à l’extérieur de la ville dans un tipi fait de bric et de broc.  

3 ème message de Samson

Après que mes 3 accompagnateurs m’aient déposé devant le tipi, ils sont repartis aussi vite qu’ils étaient arrivés. Je me suis donc retrouvé seul. J’étais entrain de me demander si je ne m’étais pas fourré dans un guet-apens, lorsque la porte du tipi s’est ouverte et je me suis retrouvé face à face avec le shamane, qui lui, pour le coup, ressemblait à un vrai indien comme on voit dans les films. Tahca Ushte est un grand bonhomme très svelte, presque malingre, avec une longue chevelure blanche ornée de deux cornes de bisons. Sans rien dire, il s’est approché de moi et m’a pris dans ses bras. Il m’a tout de suite reconnu, il m’a dit que je ressemblais comme deux gouttes d’eau à mon grand père, qu’il avait bien connu. J’étais donc en face du dernier descendant de Tyee, le dernier chef de la tribu des Yamakas. Il m’a montré l’exemplaire du pacte que lui possédait, et après l’avoir comparé au mien, il m’a fait signe d’entrer dans sa demeure.sunrisecamp 01

Dimanche 28 septembre 2006

4 ème message de Samson

Je connais à présent la raison pour laquelle cette ville est une ville fantôme, une ville de cauchemars !
Je n’ai pas beaucoup dormi cette nuit, Tahca Ushte m’a raconté pourquoi la ville était plongée dans immense torpeur et pourquoi les habitants se barricadaient chez eux. Il y a une grande malédiction sur cette réserve indienne ! Les cauchemars ont pris le pouvoir sur les villageois, pas seulement la nuit, mais aussi en plein jour, les cauchemars rodent partout depuis que le dernier totem du clan à été foudroyé un soir d’orage.
Je suis resté stupéfait par cette histoire. Je lui ai demandé pourquoi un grand shamane comme lui ne pouvait rien faire pour contrer cette malédiction. Sa réponse fut aussi courte que surprenante :”Ce qu’un indien a fait, aucun indien ne peut le défaire”.
Il m’a raconté cette danse de la pluie qui a mal tourné. Malgré l’interdiction formelle d’exécuter la moindre danse rituelle sans sa présence, un groupe de jeune, ivres d’eau de feu ont cru bon de faire un soir, la danse de la pluie. Mais au lieu de la pluie bienfaisante, c’est un orage monstrueux qui s’est abattu sur le village. Un éclair a alors foudroyé le totem ancestral dans lequel étaient emprisonnés tous les cauchemars des villageois depuis la nuit des temps. Les mauvais rêves se sont alors répandus dans les rues de la ville, la condamnant peu à peu à la nuit éternelle. Seul un blanc dont le sang s’est mélangé au sang de Tyee peut faire cesser cette malédiction.
Voilà donc la raison de ma présence ici c’est à moi qu’incombe donc cette lourde tâche (merci arrière grand papa!). Un Alfort- Dumiraille  n’ayant qu’une parole, je mènerai donc à bien cette mission et honorerai le pacte.

5ème message de Samson

Le shamane m’a donné un petit bocal en grès noir, et après avoir fait les incantations d’usage, il m’a envoyé au village en m’expliquant bien la procédure à suivre : Cette nuit, je dois déposer le bocal ouvert à l’emplacement où se tenait le totem, je dois ensuite m’éloigner de 25 pas et attendre la suite de évènements. Au lever du soleil, il me faut refermer promptement le bocal sans jamais regarder à l’intérieur et l’emmener dans la forêt et l’ouvrir.
Je dois bien avouer, mon cher Arthur, que j’aurais bien aimé que tu sois à mes côtés ! Le soleil se couche, je dois me préparer, j’espère encore t’envoyer un dernier message…01cb5c379374adeeb88c21128e4ca4fe

Lundi 29 septembre 2006

6 ème message de Samson

C’est tout simplement incroyable ce qu’il s’est passé cette nuit ! Comme me l’avait dit le shamane, j’ai ouvert le bocal et je l’ai déposé là ou se trouvait le totem. Je me suis reculé et là j’ai assisté au plus stupéfiant spectacle qu’il m’ai été donné de voir. A peine le bocal ouvert, des centaines, des milliers d’ombres sont sorties des maisons, des rues, des bouches d’égouts, elles ont tournoyé à une vitesse fulgurante autour du bocal, le tout dans un silence total. Après quelques minutes, elles sont toutes rentrées dans le bocal, comme attirées par un appel irrépressible venu de l’au-delà. Au lever du soleil, j’ai prudemment refermé le bocal sans regarder, je suis ensuite allé dans la forêt, et au pied d’un vieux chêne j’ai lâché les cauchemars dans la nature. Finalement il n’y avait là rien de bien sorcier, je me suis même demandé si c’était normal que tout se soit passé aussi facilement !

7 ème et dernier message de Samson

Je suis dans l’avion du retour, j’ai dans ma valise une centaine de ces pots. Le shamane m’en a fait cadeau pour me remercier d’avoir libéré le village de cette malédiction. J’ai aussi été fait grand chef d’honneur Yakama au cours d’une fête mémorable avec tous les habitants. Mon nom d’indien est Anoki Abeequah, ce qui veut dire “tueur de rêves” je crois. Je pense que nous allons faire bon usage de ces attrape cauchemars !

“Journal d’expédition attrape cauchemars”

il me faut un attrape cauchemars !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *