Larmes de sirène, un objet magique !

Bien que l’existence des sirènes ne soit plus envisagée par les scientifiques depuis le XIXème  siècle, certains scientifiques ont continué de s’intéresser, avec plus ou moins de sérieux, à ces animaux fabuleux. C’est le cas de notre vieil ami Carl Von Linné, doyen de l’académie de science de Copenhague. Grâce à lui, nous sommes à présent en possession d’un objet magique : de véritables larmes de sirène

Vendredi 12 Janvier 1990


15h00
– Nous voilà sur le chemin du retour de notre expédition au cap nord. Fatigués et transis de froid, nous décidons de faire étape chez Carl, histoire de lui faire partager nos trouvailles. Je me réjouis aussi de goûter à un bon repas comme seul Carl sait les préparer. Samson, quant à lui, ne pense qu’à une chose, plonger dans la piscine chauffée que Carl a installé dans son sous-sol.Petite-Sirne-COPENHAGUE

22h00 – Je trouve Carl changé. Durant tout le repas, il n’a presque pas ouvert la bouche. Il paraît inquiet. Moi qui m’attendais à un festin, nous n’avons eu que des rollmops surgelés et un morceau de pain. Samson n’a pas même pas eu l’autorisation de se baigner! Que se passe t- il ici ? J’ai l’impression qu’une chape de plomb s’est abattue sur ce manoir, qui généralement déborde de joie et de bonne humeur. Je ne reconnais plus ce bon vieux Carl, il ne s’est pas intéressé aux résultats de nos recherches. Même Samson n’a pas réussi à le dérider avec ses blagues pourtant légendaires. On dirait qu’il a peur…..J’en aurai le coeur net demain matin

Samedi 13 Janvier 1990


14h00
– Soit Carl est fou, ou alors c’est l’homme le plus chanceux du monde ! Au repas de midi, il nous a raconté le plus sérieusement du monde une histoire hallucinante de lac menacé de sécheresse dans lequel il aurait trouvé la dernière des sirènes qu’il a ramenée chez lui, comme on ramènerai chez soi un animal abandonné sur la route. Samson comprend à présent pourquoi il n’a pas eu le droit d’utiliser la piscine hier soir. Moi, je trépigne d’impatience de la rencontrer. Carl nous a promis de nous la faire découvrir ce soir.larmes de sirènes

23h30 – Nous venons de voir la créature la plus belle et surprenante que nous n’ayons jamais vue ! Comme promis, Carl nous a emmenés dans son sous-sol. Sa piscine se trouve dans la dernière pièce tout au fond du couloir.

Avant d’entrer, il nous fit promettre de tenir le secret sur ce que nous allions voir derrière cette porte. Au milieu du bassin, se tenait une créature d’une beauté extraordinaire, mi- femme, mi- poisson.“Je l’ai récupéré au fond d’un lac menacé de sécheresse, elle était sur le point de mourir, je ne savais pas quoi faire, je l’ai donc installée dans ma piscine. C’est la dernière de son espèce” nous dit il.

Dimanche 14 janvier 1990


9h00
– Je n’arrive pas à croire ce que nous sommes sur le point de faire ! Nous avons discuté toute la nuit avec Carl. Je sais maintenant pourquoi il est si inquiet. Quand je lui ai dit hier soir qu’il fallait qu’il partage sa découverte avec toute la communauté scientifique, que sa trouvaille allait faire sensation dans le monde entier, il nous rétorqua qu’il avait des scrupules, qu’il connaissait ses collègues scientifiques et leur rapidité à utiliser bistouri et scalpels.

Il ne veut pas que sa sirène serve à des expériences et finisse au mieux dans un bocal de formol, et au pire comme objet de curiosité dans un “freak show”. Je ne vois qu’une seule solution : emmenez la loin d’ici, elle sera en sécurité chez vous”.Sirene_ws1028475010

15h30– Le professeur est parti en ville chercher des provisions. Arthur et moi en profitons pour discuter des modalités de notre voyage de retour avec la sirène et comment procéder. Nous décidons de nous rendre dans la bibliothèque du professeur, peut- être trouverons nous là bas quelques précieux renseignements sur le transport de sirène. Nous y découvrons un livre “ Us et coutumes des Sirénéides”. Samson le feuillette avidement. Arrivé au chapitre intitulé “propriétés des larmes de sirènes”, il s’exclame “Bingo !, nous allons faire d’une pierre deux coups. Non seulement nous allons sauver la dernière sirène, mais nous allons surtout aider l’humanité”. Voyant mon air dubitatif, il m’apprend que les larmes de sirènes bien utilisées peuvent être transformées en philtre d’amour. Cela fait quelques années que le département magie de notre laboratoire planche sur une telle potion, voilà l’occasion rêvée”.

Mardi 16 Janvier 1990


14h30
– Nous sommes de retour dans notre laboratoire. Le cas du transport de sirènes fut résolu grâce à nos pastilles de téléportation ! Nous avons confortablement installé Jennifer (c’est comme cela que nous l’avons appelé) dans un grand bassin tout confort. Nous avons fait les premiers essais de synthétisation des larmes. Ça fonctionne ! Nous les avons testés sur la concierge de Samson, heureusement que l’effet de dure pas longtemps, mais quelle partie de rigolade !

Quand à l’effet secondaire “revirgination”, j’ai promis à notre laborantine de ne jamais divulguer le secret de sa découverte !

il me faut des larmes de sirène !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *