Dose d’humour, un cadeau original !

Avant de vous raconter, il est important que je vous précise que Samson est certes un explorateur aux multiples talents, mais ce qu’il lui manque c’est une dose d’humour. Ce qui nous a valu quelques chamailleries, je dois l’avouer. Et c’est un peu grâce à lui que nous avons fait la découverte de cet objet insolite.

Jeudi 25 Janvier 2015

10h00Nous avons quitté la région du Gujarat en Inde juste avant le terrible séisme qui a ravagé la région. Une fois de plus, la prévoyance ou la chance de Samson nous a tirés d’un mauvais pas. Nous sommes à présent dans un avion en direction du Québec pour assister à une conférence de trois jours sur le thème ” l’humour chez les loups-garous en Amérique du Nord, utopie ou réalité ? ” Tiens, j’offrirai bien une dose d’humour à Samson !

Samedi 27 janvier 2015

12h00-Déjà deux jours de de passés, cette conférence est décidément très passionnante. Nous nous sommes fait beaucoup de nouvelles et intéressantes relations, plus que des relations, ce sont déjà devenus des amis. Nous sommes un petit groupe d’une douzaine de personnes à manger tous les midis ensemble à “La Tanière” un petit restaurant très familial situé dans la rue St Ange, à quelques pas du centre de conférence. detail

16h00-Décidément je ne comprendrai jamais tout à fait Samson ! Nous étions confortablement installés à une grande table magnifiquement dressée. Samson comme d’habitude était à ma droite et Jessica Beling, une scientifique venue de Californie, à ma gauche. J’étais littéralement envoûté par cette femme d’une intelligence et d’une beauté rare et qui plus est, dotée d’un sens de l’humour hors du commun !

Elle prenait plaisir à me taquiner, ce qui n’était pas pour me déplaire, Samson en revanche semblait fort agacé. C’est pourquoi à peine l’entrée terminée, il a quitté la table en jetant sa serviette en tissu bleu pétrole, faisant vaciller son verre de vin à moitié plein.

Jessica fut surprise par cette réaction qui pouvait paraître disproportionnée pour quiconque ne connaissait pas Samson comme c’était mon cas. Je me suis confondu en excuses, prétextant que mon ami avait peu d’humour et qu’il était fatigué.

220px-brian_de_palma_venice_2007A peine avais-je terminé ma phrase, qu’un vieil homme au crâne dégarni, cheveux gris et barbe mi-longue m’apostropha par mon prénom et me dit en soupirant que l’humour n’était pas inné et que c’était bien dommage. Je n’avais pas remarqué cet homme, pourtant il était attablé avec nous vraisemblablement depuis le début du déjeuner, j’avais sans doute prêté plus d’attention au sourire ravageur de Jessica qu’à ce discret personnage.

22h20-je suis de retour à l’hôtel, Samson n’est toujours pas réapparu, il ne s’est même pas présenté au séminaire de cet après midi.

Une autre question me taraude depuis midi : comment le vieil homme du restaurant connaissait- il mon prénom ? Nous sommes tout de même 150 participants à cette conférence et une douzaine au déjeuner de midi. Mon questionnement fut interrompu par le retour de Samson dans la chambre d’hôtel. Tout en claquant violemment la porte de la chambre, il grommela avec son air des mauvais jours, que mes nouveaux amis n’avaient vraiment pas le même sens de l’humour que lui, et particulièrement la “gourdasse” de Jessica qui l’agaçait au plus haut point. Il lui reprochait qu’elle n’avait de cesse de se moquer des gens et plus spécialement de lui ! Je connais mon vieil ami, quand il est dans cet état, il faut le laisser, nous en reparlerons demain matin.

Dimanche 28 janvier 2015

10h00En me réveillant ce matin, j’ai constaté que le lit de Samson était vide. Il n’y avait qu’un mot griffonné sur une feuille de papier qui disait :” Je suis au centre de conférence, on se retrouve là-bas”. Apparemment cette histoire d’ hier a touché mon ami plus que je le pensais.

11h30 J’ai retrouvé Samson dans la bibliothèque du centre de conférence, il était assis dans un fauteuil et lisait un vieil ouvrage sur l’origine de l’humour au Canada du XIX ème siècle.

Je m’apprêtais à le rejoindre lorsque je sentis quelqu’un me saisir par le bras. C’était le vieil homme barbu au crâne dégarni. Il me tendit une petite fiole fermée par un bouchon de vieux liège contenant un liquide inconnu.

Quand je lui ai demandé ce que c’était, il m’a juste répondu “Cette fiole contient ce dont votre ami a besoin, ce dont le monde a besoin, voilà ce que c’est. Qu’il le respire, qu’il le respire et il aura de l’humour ! donnez ceci à votre ami “. Il tourna les talons en me souriant et en chantonnant ” humour, humour quand tu nous tiens”,

11h45  La fiole en main, je vois Samson faisant face à la bibliothèque, son vieux livre en main, l’air renfrogné. Après tout qui ne tente rien n’a rien, je décide de procéder tout de même à l’expérience. Mi excité, mi anxieux, je m’approche de Samson. Nous allons passer à table dans 15 mn !

15h00– Tout à l’heure, juste avant d’aller manger, j’ai fais respirer la fiole ” d’humour” à Samson, prétextant que c’était une de mes dernière trouvailles pour faciliter la digestion !” en effet je n’ai pas osé lui révéler les véritables prétendues propriétés de ce liquide. Toujours prêt à rendre service, mon vieil ami en renifla une bonne dose d’humour.

Le repas s’est passé tranquillement et délicieusement, l’ambiance était décontractée; J’ai même surpris Samson en pleine discussion : “Ahaha ! Excellent ! Très bon vraiment !”. Il répondait à une blague de Jessica, il riait aux éclats, il avait donc vraisemblablement de l’humour, ce dont il était complètement dénué il y a encore peu de temps.
Après le repas, je me suis empressé d’inviter le vieil homme au bar du restaurant pour lui offrir un petit verre et essayer de percer le secret de ce mélange. Mais au lieu de me suivre jusqu’au bar, le vieil homme se dirigea vers la porte d’entrée pour sortir du restaurant. Évidement, je l’ai suivi, il n’a pas dit un mot et ne répondait pas à mes interpellations. Cet homme était vraiment étrange… Une fois à l’extérieur il s’arrêta devant une vielle Jaguar de couleur vert sombre, une XJ6 de 1969 si ma mémoire est bonne.repas-entre-amis_5393941

Il s’est retourné vers moi et me dit : “Arthur Wing ? Petit fils de Wayne Wing ?”. Surpris encore qu’il connaisse cette fois mon nom de famille ainsi que l’identité de mon grand-père, je lui répondit par l’affirmative. C’est alors qu’il ouvrit son coffre et en sortit un objet insolite : une vieille amphore qui semblait sortir tout droit d’un musée.

22h22– Je suis assis dans ma chambre devant quatre bon litres de cet étrange produit, de quoi faire un nombre important de doses d’humour. Le vieil homme m’a expliqué qu’il connaissait mon grand père Wayne et qu’il lui avait promis, il y a plus de 20 ans de me remettre ces amphores, et que cette découverte devait rester dans la famille Wing.
Il avait reconnu mon nom sur la liste d’émargement à la conférence hier, il m’a raconté l’histoire du bracelet que je porte, c’était lui qui l’avait offert à mon grand père, qui lui même m’ avait offert ce cadeau original à son tour. Mais bon sang, c’est bien sûr ! Je connais ce vieil homme, c’est Eddy ! Mon grand-père m’avait souvent parlé de lui ! Il m’avait raconté l’histoire de cette découverte, de ce liquide à la vertu exceptionnelle permettant à des gens dépourvus d’humour d’en avoir. Je suis heureux de pouvoir partager avec le monde cette découverte que nous allons distribuer sous forme de petites doses d’humour. Aussi, depuis ce jour j’ai un acolyte qui ne se déplace plus sans sa dose d’humour !

il me faut une dose d'humour !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *