Crottin de Pégase : Une idée lumineuse, un objet insolite !

Pour la plupart des gens, Pégase, c’est une constellation, voire un chevalier du zodiaque, pour les connaisseurs… Dans tous les cas, c’est une légende, une créature de la mythologie grecque dont le papounet n’est autre que Poséidon himself. Tous les chevaux ont un job. Certains transportent des gens, d’autres aident à labourer la terre. Pégase, lui, il a des ailes, et il a été engagé par Zeus pour apporter la foudre sur le mont Olympe, rien que ça. Une légende ? Et puis quoi encore… C’est où déjà le « mont Olympe », C’est quoi cet objet insolite ?

Mercredi 17 juillet 2006

15h00 – Huit jours qu’on crapahute dans la pampa grecque à la recherche de Pégase… Au mieux, on nous prend pour des fous, au pire, on nous jette des pierres. A Athènes, un type a même essayé de nous faire interner. Ces gens-là n’ont aucun respect pour leur propre folklore !
Nous sommes au fin fond de la Macédoine, les villes se raréfient. Hier, une femme nous a emmené jusqu’à sa ferme, en hurlant “ Pigasos nai, enai ! »
Déception! ce n’était pas Pégase, c’était un poney sur lequel elle avait ficelé les ailes d’un déguisement de papillon pour enfants. Un poney… Je commence à en avoir raz le bol qu’on essaie de nous vendre tout et n’importe quoi !
17h00– J’en ai marre de ce pays, il fait à peu près 800 degrés, j’ai l’impression de marcher de travers, façon sirtaki, et je transpire littéralement de la féta à force d’en manger à chaque repas !Mont_Olympe

Jeudi 18 juillet 2006

9h17 – Nous avons quitté définitivement toute civilisation et sommes enfin arrivé au point culminant grec, le Mont Olympe. Nous sommes arrivé à un village composé de quelques cabanes rudimentaires, cela ressemblait plus à un campement, pas un lieu de vie !
On se serait cru au Moyen-âge, personne ne peut vivre ici !

12h10– Nous avons croisé un groupe de personnes visiblement pas très enthousiastes à l’idée de nous rencontrer. L ’un d’eux s’est avancé vers nous avec quelque chose enroulé dans un linge, il s’est planté devant nous, nous n’en menions pas large quand il a lentement soulevé le linge !

15h 24– Je profite de l’heure de sieste pour continuer mes notes.
Finalement ces autochtones sont très gentils! Pandélis, leur chef, baragouine même deux-trois mots de français ! Ils vivent dans le dénuement le plus total, ils n’ont ni l’eau, ni l’électricité, aucun moyen de communication moderne, pas de télé, pas de téléphone, et ils ont l’air si bien, tranquilles, peinards…Ils nous ont invité a rester aussi longtemps que nous désirons.

Dimanche 20 juillet 2006

13h02- Voilà trois jours que nous sommes là, au beau milieu du parc naturel du Mont Olympe. Nous avons presque oublié ce qu’on est venu y faire : trouver Pégase ! Evidemment, tout le monde ici nous dit que Pégase n’existe pas, que c’est une légende, que la mythologie grecque, c’est très poétique, mais ce n’est pas la réalité.olympe-small
Si j’avais dû renoncer à chaque fois qu’on m’a dit qu’un truc n’existait pas, je n’aurais jamais rien découvert ! Bon, certes, j’ai jamais rien découvert intentionnellement, mais j’ai découvert des trucs accidentellement, ça compte pas pour de la fêta ça, non ? Oui, des prunes, de la fêta, pareil.

20h18 – Samson et moi revenons d’un énième crapahutage dans la montagne. Des marmottes, des furets, mais pas de Pégase. Mais surtout, au bout de trois jours sans vrai point de ravitaillement, toutes nos batteries sont à sec. Plus de téléphone, plus de balises GPS, plus d’appareils photos, plus rien qui marche. Sans électricité, on n’est vraiment pas grand-chose… C’est un vrai retour aux sources, aux origines de l’Homme… Et si c’était ça, la grande découverte de notre séjour en Grèce ?

Lundi 20 juillet 2006

21h 30– J’en peux plus !!!! Je veux twitter, je veux facebooker, je veux instagrammer, je veux de l’électricité !! Vive le monde moderne ! Même nos capteurs solaires sont HS avec ce foutu brouillard qui enrobe la montagne du soir au matin ! Pégase ou pas, nous avons décidé de lever le camp demain matin.

Mardi 21 juillet 2006

10h15– Hier soir en faisant nos bagages, nous avons été intrigués par un bruit et une étrange lueur émanant d’une cabane. Quand nous nous sommes approchés pour jeter, un œil par la fenêtre restée ouverte, nous avons vu ce qui se passait à l’intérieur. Nous en sommes resté comme deux ronds de flan : une petite famille était tranquillement vautré sur un ballot de foin en train de regarder “The Voice Greece” à la télé !
Comment pouvait il y avoir une télé ici ? Durant tout notre séjour nous n’avons pas vu l’ombre d’une prise électrique, et encore moins un appareil postérieur à l’âge de pierre ! Ces villageois nous ont caché des choses.
Comment ces villageois qui se vantaient de vivre sans aucun équipement moderne peuvent-ils avoir une télé ?
Nous avons fait le tour de la maison afin de suivre le cordon d’alimentation de la télé qui sort par une fenêtre. Le cordon nous a mené jusqu’à un baraquement en dehors du village. Ils nous l’avaient bien caché celui-là !crotin de pégase
Des tas de fils électriques y menaient ! Des cordons qui semblaient partir partout dans le village, enfouis sous terre, à l’abri des regards ! Nous en frissonnions d’excitation. Plus nous nous rapprochions de la cabane, plus une odeur nauséabonde nous prenait les narines.
Samson me fit justement remarquer que c’était une odeur….d’excréments !
A l’intérieur du baraquement, tous les fils électriques étaient plantés dans ce qui avait tout lieu d’être… un gros tas de fumier !
Mais d’où le fumier permet de faire fonctionner une télé ? On dirait effectivement que ce truc produit de l’électricité ! Pas de centrale nucléaire, pas de panneaux photovoltaïques, pas d’éolienne : ces gens produisent leur énergie avec du crottin.
Pandélis, le chef du village, nous a révélé son secret : Ce n’était pas du vulgaire crottin, mais du crottin de Pégase !

21h20– Je continue mes notes sur mon lit d’hôpital ! Je viens de me réveiller. Samson m’ a raconté ce qu’il s’est passé après que nous ayons découvert le secret des habitants du village.
Apparemment j’aurai glissé sur une grosse flaque de crottin, ce qui m’a projeté en arrière en entraînant Samson dans ma chute, nous avons atterris dans le tas de crottin. Quelques milliers de volts ont parcouru nos corps, et nous avons perdu connaissance, un vrai coup de foudre !
Samson et moi avons pris assez de jus pour déclencher un orage à nous seuls ! Heureusement, nous sommes encore vivant.pégase
Les villageois sont peut-être des petits cachotiers, mais ils sont prévenants : ils ont appelé un hélico pour nous transporter d’urgence à l’hôpital le plus proche. Allongés sur une civière, nous avons été hélitreuillés, virevoltant dans les airs.
Je me rappelle avoir vu l’hélicoptère vient de déféquer sur nous. J’ai ouvert les yeux et : c’était bien Pégase, le cheval ailé, qui nous a hélitreuillé jusqu’à l’hôpital le plus proche ! Et c’est bien Pégase qui s’est soulagé un peu sur nos couvertures.
Nous avons de quoi révolutionner l’industrie énergétique avec les fientes de notre « hélico » !
J’ai finalement réalisé que les fientes d’un cheval avec des ailes permettent effectivement à des villageois de regarder The Voice.
La télé, c’est vraiment de la merde !

 

il me faut du crottin de Pégase !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *