Clair de lune en bocal et loup garou

Le clair de lune et les créatures qui s’y rattachent  a toujours  fasciné Arthur. Dans le cadre de ses travaux pour son doctorat en Lycantropie (science du loup garou) il a passé 3 mois en Transylvanie, invité par le professeur Ambroise Tiriscamnko de la faculté de science ésotérique de Bucarest.
Malheureusement lors d’une de leurs explorations au clair de lune dans le château de Bran, le professeur chuta mystérieusement mais pas moins lourdement dans la tour du donjon, succombant à ses blessures.

Avant de passer de vie à trépas, il eut le temps de confier un cadeau insolite et le résultat de ses recherches à Arthur. Parmi les nombreux documents laissés par le professeur, un vieux parchemin attira l’attention d’Arthur. Il y était question d’un mystérieux rite séculaire imputé au loup garou. Ceux-ci avaient en effet découvert un procédé de fabrication de bocal capable de capturer la lumière du clair de lune. Grâce à ce procédé, ils étaient désormais capables de muter, même en plein jour.

Samedi 2 mai 1998

12h20– Voilà déjà 3 semaines que suis en Roumanie, mes recherches se passent à merveille. Je suis très bien reçu par ce bon professeur Tiriscamnko, il n’a de cesse de m’introduire dans les milieux scientifiques de Bucarest. C’est un vrai plus d’être ami avec une telle sommité, cela ouvre bien des opportunités ! Hier encore il m’ouvrait les portes de la grande bibliothèque de la faculté, rien ne m’est interdit, tous les ouvrages, même les plus anciens et les plus secrets sont à ma portée !roumanie
Je ne pourrai jamais assez le remercier de tout ce qu’il fait pour moi, j’ai l’impression qu’il me prend pour son fils spirituel. C’est vrai, qu’à 79 ans il aimerait peut être trouver un successeur. La seule chose qui me dérange ici, c’est la langue roumaine, j’ai beau faire des efforts, impossible d’assimiler la moindre phrase ! Heureusement le professeur me sert d’interprète.
Ce soir au dîner de gala organisé par le doyen de la faculté, le professeur m’a promis une surprise exceptionnelle ! Je suis curieux et impatient d’y être, si toutefois j’arrive à rentrer dans ce satané smoking de location.

22h30 – Ouf, le smoking a tenu, quelle idée aussi de s’empiffrer de Bortsch et de goulash, mais bon, les spécialités culinaires locales sont mon péché mignon. La soirée a tenu toutes ses promesses, le professeur aussi ! Il m’a annoncé entre le plat et le dessert que nous irons demain au château de Bran en Transylvanie, non loin de la limite avec la Valachie, où le professeur aurait localisé des traces fraîches de loup garou.
Vais-je enfin en apercevoir un après toutes ces années de recherche infructueuses ? Ça serait le couronnement de mes recherches. Chose curieuse, nous y allons de bon matin!
Le professeur n’est pas sensé savoir que les lycans ne sortent que la nuit ? Trop fatigué pour y penser, je me couche.

Transylvanie_Bran_Full

Dimanche 3 mai 1998

12h30 – Le professeur est venu me réveiller ce matin à 6h30, autant dire que la nuit fut courte ! Toute la matinée sur le trajet qui nous conduit au château, j’ai tenté de lui tirer les vers du nez, pourquoi diable y allons nous en journée ? Aucune chance de voir un loup garou en plein soleil. Pour seule réponse j’ai eu “ attends de voir ce soir au clair de lune, mon ami”. Par respect pour le vieil homme, je n’insiste pas, mais intérieurement je trépigne d’impatience…Nous nous arrêtons pour manger, je n’ai même pas faim. Est -ce l’excès de Bortsch d’ hier soir, ou un léger agacement qui commence à monter ? Je vais encore le laisser tranquille jusqu’au dessert, ensuite il faudra bien qu’il m’explique !

14h00– Nous sommes arrivés au château de Bran. Le professeur est entrain de discuter avec le vieux gardien du château. Il m’a demandé d’attendre dans la voiture. J’en profite pour noter la discussion que nous avons eue après le dessert de ce midi : tel un prof faisant la leçon à son élève, il me dit “ Les loups-garous ont deux faces. Le jour, ce sont des êtres humains tout à fait normaux, à cette exception près que souvent, ils sont “mono-sourcil”, c’est-à-dire que leurs sourcils se rejoignent, n’en formant plus qu’un.
La nuit, plus particulièrement à la pleine lune, ils se transforment, souvent contre leur gré, et c’est une souffrance pour eux, en loups-garous, parfois mi-homme mi-loup, parfois complètement loup. Leur apparence varie selon les croyances et les époques. Mais tout ça, mon cher Arthur tu le sais déjà. Ce que tu ne sais pas, et que personne ne sait, c’est qu’ils ont évolué avec le temps.
Je ne sais pas encore comment ils ont fait, mais aujourd’hui ils sont capables de se transformer en plein jour, grâce à un procédé consistant à capturer les rayons de pleine lune, de les emmagasiner pour ensuite les utiliser comme bon leur semble. Nous sommes là pour ça. C’est ici dans ce château que tout se passe. Je vais te montrer ce que tu n’as encore jamais vu : un loup- garou en plein jour !”
Le professeur me fait signe, il a fini de soudoyer le gardien, je finirai tout à l’heure

22h30– C’est affreux, le professeur est mort ! J’ai du mal à le croire, tout s’est passé si vite. Quand nous sommes entrés au château, nous avons entendu un hurlement à vous glacer le sang. Le professeur se mit a courir en direction du cri, j’essayai tant bien que mal de le suivre. Arrivé au pied du vieux donjon, le professeur s’arrêta net, “C’est là- haut qu’ils gardent leur trésor de clair de lune”. loup_garou_04-f8f9a6
Mais comme je le soupçonnais, nous n’étions pas seuls. L’entrée du donjon était gardée par une de ces créatures maléfiques. C’est la première fois que je vois un Lycan pour de vrai! J’ai beau les connaître par coeur à travers tous les livres et documents que j’ai pu consulter, mais se retrouver face à face avec un de ces spécimens, ça fait tout de même bizarre !
Le professeur m’exposa son plan : je devais attirer son attention pendant que lui monterait dans le donjon récupérer “le clair de lune”. Aussitôt dit, aussitôt fait. J’attirais donc l’attention de la bête en faisant le plus de bruit possible et en courant vers un autre bâtiment abandonné, la bête à mes trousses.
J’ai juste eu le temps d’apercevoir le professeur s’engouffrer dans le donjon.
Une fois la bête semée, je retourne vers le donjon, je monte les escaliers, et j’arrive dans une salle. Je vois le professeur étendu sur le sol, je me précipite à son secours, mais il était trop tard. Dans un dernier souffle il me dit :” Prends vite ma besace et sauve toi, il est trop tard pour moi, j’ai présumé de mes forces”. Sur ces mots, il ferma les yeux.
Je ne pouvais pas le laisser là, je le pris tant bien que mal sur mes épaules, empoignai la besace qui était presque aussi lourde que lui et je quittais le château.

Lundi 4 Mai 1998

11h00-Je suis au domicile du professeur. Le bâtiment semble tellement vide à présent. Je ne peux enlever de ma mémoire la vision du professeur couché dans le donjon. Le monde vient de perdre un grand homme, un grand scientifique, un poète fabuleux. Je décide d’aller me recueillir une dernière fois dans la pièce qu’il adorait par dessus tout : la bibliothèque. Sur deux étages, il y a là des milliers de livres traitant du loup garou, mais aussi quantité de recueils de poèmes écrits par mon ami le professeur.
Tout en feuilletant ces précieux ouvrages, mon attention fut attirée par un petit pot en grès noir dissimulé derrière un livre intitulé “ traité sur l’inspiration mystique du poète”. sortie_balade_au_clair_de_lune

15h00– J’ai ouvert le pot de clair de lune il y a quelques minutes. Ce qui en est sorti est tout simplement incroyable. La bibliothèque était plongée dans le noir, au moment où j’ai enlevé le couvercle, une douce lumière en est sortie. Pas un flash aveuglant, mais un fin rayon diffusant un doux clair de lune.
Tout à coup, sans même réfléchir je me suis mis à déclamer “ Aux admirateurs du clair de  lune
les nuages parfois offrent une pause, lune solitaire abandonnée à la nuit, qui donc vous regarde. Fût-ce en mille éclats elle est toujours là, la lune dans l’eau! ”. Je n’arrivai plus à m’arrêter, j’aurai pu écrire un livre de poème entier, si l’effet ne s’était pas arrêté.
C’est à ce moment précis que je compris :le professeur utilisait cette découverte faite par les loups garous non pas pour les chasser, mais pour trouver de l’inspiration pour ses poèmes. On peut dire qu’il a bien caché son jeu !

21h00-Je suis dans le train qui me ramène à la maison. Sur mes genoux il y a la besace que m’ a légué le professeur, elle contient 30 petits pots de clair de lune en grès noirs. Je la serre contre moi, comme un trésor, le dernier don d’un vieil homme, d’un mentor, d’un ami !

il me faut du clair de lune en bocal !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *